Le XVIII°siècle-2

Les personnages célèbres de la Révolution



LOUIS XVI

Louis XVI est le fils du Dauphin Louis-Ferdinand de France et de Marie-Josèphe de Saxe. Il succède à son grand-père Louis XV en 1774.
Il est le frère aîné des futurs rois Louis XVIII et Charles X. Il est marié à Marie-Antoinette d'Autriche.

Il aide les colons américains à gagner leur indépendance, sous la pression du Marquis de LAFAYETTE.
Il rétablit les parlements, réforme le droit des personnes (abolition de la torture en 1781 et 1788, abolition du servage dans le domaine royal en 1779, abolition du péage corporel des juifs d'Alsace en 1784, édit de tolérance des protestants en 1787). Mais il ne parvient pas à réformer la fiscalité et les finances du Royaume. Son projet d'instaurer un impôt direct égalitaire se heurte à l'hostilité des privilégiés. Louis XVI essaie alors de passer outre leur opposition en présentant ses réformes devant une assemblée des notables (1787) puis devant les états généraux (1789).

Il devient un monarque constitutionnel mais l'usage excessif de son droit de véto et sa fuite vers des monarchies absolues étrangères et ennemies le conduisent à l'échafaud le 21 janvier 1793, quelques mois avant Marie-Antoinette.



Execution de Louis XVI



Honoré Gabriel Riqueti comte de Mirabeau est né au Bignon (aujourd'hui Le Bignon-Mirabeau, Loiret) et il est mort à Paris. Ecrivain, diplomate, franc-maçon, journaliste et homme politique français, il a été « l'Orateur du peuple » et « la Torche de Provence »; il reste le premier symbole de l’éloquence parlementaire en France. Bien que membre de la noblesse, mais rejeté par elle, il se présente comme député du Tiers-Etat aux Etats généraux.

Il est en même temps défenseur du Roi et promoteur des idées de la Révolution. Mais, corrompu quoiqu'aimé par le peuple, sa dépouille sera enlevée du Panthéon; il en était le premier "occupant".

D'ailleurs, sur son lit de mort, alors qu'il n'aura plus rien à se faire acheter, Mirabeau demandera à Danton et à La Fayette d’œuvrer pour une transition vers une monarchie constitutionnelle.



Le Panthéon architecte: Jacques-Germain Soufflot, bâti de 1758 à 1790



Georges Jacques Danton (1759-1794) est né à Arcis-sur-Aube et il est mort guillotiné à Paris. Avocat au Conseil du Roi et homme politique français,il a occupé le ministère de la Justice.

Placé à la tête des assemblées de son quartier et en particulier du club des Cordeliers (qui se réunit au café Procope), il devient un orateur réputé. C’est la chute de la monarchie (journée du 10 août 1792) qui lei donne la réputation de défenseur du peuple des sans-culottes.

Il a incarné la « Patrie en danger » dans les heures sombres de l’invasion d’août 1792. Il s'efforçait alors de rassembler toutes les forces de la Nation. Grâce aux décrets qu’il fait voter à l’Assemblée, une impulsion nouvelle sera donnée à la poursuite de la guerre. L’armée sera galvanisée et la victoire de Valmy lui reviendra en partie, à l'inverse des Girondins et de Feuillants qui 'entredéchirent.



Execution de Danton



Jean-Paul Marat (1743-1793), né à Boudry (principauté de Neuchâtel) et mort à Paris, était un médecin autodidacte, un physicien contesté mais un journaliste avéré

De septembre 1789 à septembre 1792, Marat fait ainsi paraître près de mille numéros de son journal polémique 'L'ami du peuple'. Député montagnard à la Convention à l’époque de la Révolution, il a incarné le peuple des sans-culottes qu'il a lancé à l'assaut des Tuileries le 10 août 1792. Il a été également le principal instigateur des massacres de Septembre.

Son assassinat par Charlotte Corday en a fait, auprès des hébertistes tout au moins, un martyr de la Révolution et ses restes ont reposé au Panthéon pendant quelques mois.



Assassinat de Marat



Maximilien de ROBESPIERRE
( 1554-1558) Né à Arras en mai 1789 député du Tiers Etats de l'Artois pour les Etats généraux. Il milite au Club des Jacobins dont il prend la tête en avril 1790 grâce à sa réputation d'intégrité, qui lui vaut le surnom d'Incorruptible.

Après la chute de la monarchie, Robespierre est élu à la Convention nationale. En mai 1793 il est élu membre du Comité de salut public qui met en place la dictature montagnarde après avoir éliminé les Girondins, jugés trop modérés. Initiateur de la "Terreur" il est finalement destitué et meurt guillotiné avec une vingtaine de ses partisans dont Saint-Just, Couthon, et son frère Augustin.

Si, en début de carrière, il a défendu la liberté de réunion, la liberté de la Presse, le suffrage universel ainsi que l'Instruction gratuite et obligatoire. Il a définitivement couvert, voire approuvé les dérives et les excès de ses amis de la Commune.
.
Arrestation de Robespierre