Le siècle d'or

La Peinture espagnole

Peu à peu, la peinture espagnole largement influencée par les Flamands et les Italiens se constitue en école nationale.

EL GRECO, peintre né en Grèce (Domenico Teotokopulos 1548-1625), s'installe à Tolède où, imprégné du mysticisme ambiant, il compose dans des tons froids, gris et argentés « L'enterrement du Comte d'Orgaz» en 1582.

Diégo VELASQUEZ (1597-1660) s'établit à Séville, puis à Madrid où il est appointé peintre officiel de la Cour d'Espagne. Portraitiste de talent il se rend célèbre par « La reddition de Bréda » et Les Ménines»

José RIBERA (1558-1656) peint « Le Martyre des St Bartholomé »

Francisco de ZURBARAN (1598-1565) est un peintre andalou qui a le mieux exprimé le sentiment religieux et la vie monastique. « L'apothéose de St Thomas d'Aquin » en est un des plus beaux témoignages.

Estéban MURILLO (1598-1663) est le portraitiste des indigents et des pauvres tout comme le sont en France les trois frères Le Nain .

Juan de VALDES LEAL (1630-1691) est natif de Cordoue; ses sujets réalistes traitent de la mort et de son cortège de souffrances jusqu'à l'écoeurement. « Finis Gloriae Mundi » ou « Los Muertos ».





La pintura española de la segunda mitad del siglo XVI, aunque sufre todavía la influencia de los italianos y de los flamencos, va poco a poco adquiriendo originalidad y preparando para el el período siguiente la aparición de una escuela nacional.