Le XIX°siècle

La Sculpture française

Le Romantisme est représenté par David d'Angers et François Rude. Ce dernier a sculpté, entre 1833 et 1836, le haut-relief de l'Arc de Triomphe; celui-ci célèbre le Départ des volontaires de 1792 (appelé aussi la Marseillaise).

. David d'Angers se distingue dans ses portraits sculptés, près de 500 médaillons en bas-relief, et plusieurs bustes dont le plus célèbre est celui de Goethe.

Antoine-Louis Barye est le spéialiste des sculptures animalières, comme Le Lion écrasant un serpent.

. La sculpture romantique apparaît au Salon de 1831, lorsque "le Roland furieux" de Jehan Duseigneur, aborde le thème romantique de l'amour qui mène à la folie.

Le Salon de 1834 est dominé par Auguste Préault avec son bas-relief "Tuerie".

. Henry de Triqueti remet en vogue la Renaissance italienne et Félicie de Fauveau, l'art gothique fidèle à l'antiquité mais débarrassée des symbole traditionnels.

Sous le Second Empire et la Troisième République l'éclectisme est le style en vogue. Il est caractérisé par les différents styles issus du Moyen Âge, de la Renaissance,du néo-classicisme,voire du néo-baroque.C'est Jean-Baptiste Carpeaux qui en fait la synthèse. Le "Pêcheur à la coquille" en est l'incarnation. Quant à son groupe "La Danse" qui orne la façade de l'opéra Garnier, exalte le naturalisme.

. Charles Cordier représente une « études des races » en faisant des portraits de population du soudan, ou du Darfour

.