Le XIX°siècle

La mode féminine

A partir de 1814, les femmes redescendent la ceinture à la taille et reprennent le corset qui, comprimant la poitrine, la fait pigeonner tout en séparant les seins par une longue baleine centrale. L'impression de minceur de la taille, marquée par une large ceinture, est d'ailleurs renforcée par l'autre particularité de cette mode: d'immenses manches gigot,à emmanchure très basse.

A l'abandon calculé succède la rigueur morale d'une monarchie nostalgique de l'Ancien Régime : les crinolines façonnées et les cerceaux de maintien de la silhouette en sont le point d'orgue. Le nouveau jupon, appelé crinoline, va peu à peu remplacer l'ancien et redonner une allure imposante aux jupes.

Vers la fin 1860, les jupes prennent du volume vers l’ arrière et s’aplatissent devant: c’est la tournure qui est un coussinet. La silhouette en S et le tailleur pour dame sont les grandes nouveautés de la Belle Epoque.

Au début du XIXe siècle apparaissent les premiers magasins de vêtements à prix réduit. Charles FREDERIC lance la haute couture alors que l'américain LEWIS invente le blue-jeans.

.

L’anglais Charles Frederick WORTH ouvre à Paris en 1857 une maison de couture qui posa les bases de la haute couture.

Paul POIRET(1879-1944) est un couturier français, connu pour ses audaces. Il est considéré comme un précurseur du style Art déco. Sa marque commerciale est un turban très enveloppant orné d'une aigrette que sa femme, Denise, rend célèbre.

Isaac Merrit SINGER invente en 1851 la machine à coudre.Il est embauché comme dessinateur de mode chez Doucet en 1898, puis travaille chez Worth de 1901 à 1903. Il ouvre sa maison de couture en septembre 1903 et habille l'actrice célèbre à l'époque, Réjane, ce qui le lance définitivement. Il supprime le corset en 1906, en créant des robes taille haute. Il devient ainsi un pionnier de l'émancipation féminine.