Le XIX°siècle

Le Théâtre

Le drame romantique s'impose dans cette période qui ne veut plus du drame bourgeois. Victor Hugo en est le principal . Comme il rejette les règles classiques son style déclenche une guerre d'opinions entre classiques et modernes, appelée "Bataille d'Hernani".

La censure (rétablie en 1793 sous la Terreur) va conduire Alfred de Musset à préférer la lecture de ses pièces à la scène. Ses pièces sont pour la plupart des proverbes, dans leur titre et dont l'intrigue doit être un commentaire de ce proverbe,(par exemple, "On ne badine pas avec l'amour", 1834 et "Il ne faut jurer de rien", 1836.

La Restauration va de nouveau libéraliser le Théâtre. Certaines des salles précédemment supprimées vont refleurir dans deux lieux essentiels de la capitale : les Grands Boulevards et le Boulevard du Temple, surnommé le Boulevard du Crime au répertoire particulièrement violent. Ces théâtres contigus disparaîtront à partir de 1854 avec l'aménagement de l'actuelle place de la République. Enfin, de nombreux cabarets et café-concerts ont égayé les nuits parisiennes.

Le drame est désormais politique, naturaliste diront certains; la vie ouvrière déjà décrite par Emile Zola est mise en scène par André ANTOINE. il est également symbolique avec Maurice MAETERLNCK. Eugène LABICHE, Georges COURTELINE, Alphonse ALLAIS vont dérider un public inquiet à l'aube de la Grande Guerre.



.......................................................

...............Quotidien satirique des années 1900...........................................La censure par Daumier