La Renaissance

Le Théâtre

Jusqu'à la Renaissance le théâtre reste édifiant:

Mystères, miracles, farces, soties et moralités composent le répertoire usuel. Toutefois, dès la moitié du siècle, la traduction en français des tragédies grecques et latines d'Euripide, Sophocle, Aristophane ou Terence, sans parler de Plaute, amorce le début d'un genre nouveau.

Ce dernier, illustré par la pièce de Jodelle, 'Cléopâtre' répond à une forme nouvelle qui sera reprise par le 'théâtre classique', soit la règle des trois unités.

Parmi les dramaturges il faut citer également Robert GARNIER qui, avec « Les Juives », s'écarte des sources traditionnelles antiques.

La comédie, très prisée par les Médicis, est plutôt lue que jouée et elle s'inspire de la « comedia dell arte » et ne réussit pas encore à détrôner les farces si populaires. Jodelle avec « Eugène » et surtout LARIVEY qui traduit les comédies italiennes. s'imposent.

Les règles du théâtre