Le Grand siècle

La Nourriture

La nourriture typique dans les campagnes est composée à partir du seigle . Il est mélangé à d'autres céréales car il est difficilement panifiable. La Bretagne commence la consommation de blé noir (sarrasin) et le sud ouest consomme très tôt du maïs.
La soupe est faite avec des produits locaux (donc sans pommes de terre) auxquels on ajoute un peu de lard dans certaines régions ou du poisson dans les régions côtières ou proches des grandes rivières.
Les ragoûts et les sauces agrémentent les repas des citadins ou des hobereaux : la liaison se fait avec le pain, de la farine, ou avec des jaunes d'oeufs. Les cuisiniers inventent également la technique de la réduction et du roux.
La consommation des épices est moins fréquente afin de respecter les goûts et saveurs des aliments. On assiste à la naissance des jus et coulis qui constitueront les fonds des plats et à celle des mousses très prisées par les dames de la cour du Roi soleil.

Fouquet invite Louis XIV à Vaux-le-Vicomte , François Vatel organise une fête somptueuse de 80 tables, 30 buffets, 5 services de faisans, cailles, ortolans perdrix avec de la vaisselle en or massif; 84 violons interprètent les compositions de LULLY tandis que Molière joue "Les Fâcheux", à cette occasion. Pour le dessert, Vatel invente une surprise : la crème chantilly.

Vatel