La Litterature au XVIII°siècle

Le Roman

Si le roman moderne prend sa source au Moyen-âge, dans des épopées chevaleresques (Chrétien de Troyes: le Romans arthuriens) on le distingue dans l'oeuvre de Rabelais, puis dans celle de Cervantes et, enfin dans les romans dits baroques du XVII° siècle comme "La Princesses de Clèves" de Mme de Lafayette. L'introduction du roman picaresque initié en Espagne par le roman anonyme "Lazarillo de Tormes" va séduire un lectorat avide de fiction et d'expression libre.

Ce genre moderne se développe en Angleterre avec des auteurs comme De Foe, Richardson ou Fielding et gagne la France avec "Candide" de Voltaire; le héros n'est plus un aristocrate mais un homme du peuple qui, par sa lucidité et son audace, brave les "Grands" de ce monde ("Gil Blas de Santillane" de LESAGE). La liberté d'expression s'épanouit dans "Les liaisons dangeeuses" de CHODERLOS DE LACLOS, "La Religieuse" de Diderot ou dans les sulfureux romans du Marquis DE SADE comme "Justine".

Les romans sentimentaux s’imposent dans la deuxième moitié du siècle avec "La Nouvelle Héloïse" (1761) de J.J.ROUSSEAU, " Paul et Virginie" (1787) de Bernardin de Saint-Pierre (1737-1814). Il faut également citer des romans « éclatés » comme "Jacques le fataliste et son maître" (1778) ou "Le Neveu de Rameau" (1777) de DIDEROT.

Le goût des récits autobiographiques est très présent tout au long du siècle avec des œuvres notables comme " La Vie de mon père" (1779) ou" Monsieur Nicolas" (1794-1797) de RESTIF de la BRETONNE.

Mais c’est l’oeuvre majeure de J.J.ROUSSEAU " Les Confessions" et "Les Rêveries du promeneur solitaire" qui constituent l'apport essentiel au courant littéraire du siècle suivant : le Romantisme".