Le XVIII°siècle

Le vêtement féminin

Chaque bouleversement de régime amène un changement vestimentaire; ainsi, la fin de règne de LOUIS XIV est marquée par une austérité des moeurs sous l'impulsion de la dévote Mme de Maintenon.
La régence amène de la frivolité et de la couleur : Les robes en panier sont maintenues par des jupons baleinés; la taille est bien prise par un corset à lacets. Une cape très longue achève la parure. Le satin, le taffetas, le velours et les soies sont populaires, car distinguées par LOUIS XV, et les robes arborent souvent de la broderie fleurie,conforme au style rococo de l'époque.

Des escarpins ou des mules en soie à talons très haut disparaissent sous les robes exagérément amples.
Les cheveux ne se coupent plus, on leur ajoute même des postiches pour gagner du volume en hauteur. Des accessoires (fleurs, oiseaux, poupée, animaux, etc.) s'ajoutent à la coiffure pour afficher les goûts de celles qui les portent. Enfin, les cheveux se poudrent aussi afin d'être blancs.

Les bourgeoises utilisaient le coton et la laine et elles mettaient des jupons rigides au lieu de paniers. Le détail et les bijoux manquaient dans les robes de paysans, mais la forme fondamentale restait la même. Sans exception, tout le monde essaie d’être à la mode. Les gens riches, même les paysans, imitaient les styles du roi et de sa cour.

Les classes sociales ont influencé la mode au XVIII°siècle et vice-versa.